Pourquoi je ne suis pas passé sous Linux…

Accueil / Articles / Pourquoi je ne suis pas passé sous Linux…
Pourquoi je ne suis pas passé sous Linux…

Article publié le 3 janvier 2017  Mot(s) clé :   Linux  Enregistrer au format PDF   Version PDF

(et c’est pas faute d’avoir essayé...) Pour plusieurs raisons, j’ai voulu installer Linux sur mon ordinateur. C’était un vrai choix, une envie certaine, et pas un caprice « pour voir ce que cela donne ». Malheureusement, après une journée de travail, j’ai dû faire marche arrière.

Pourquoi passer sous Linux ?

Je travaille avec un DELL Vostro 3550, sous Windows 7 professionnel. L’appareil a été acheté en 2011, et j’en ai toujours été satisfait. Dernièrement j’ai refusé de passer sous Windows 10, et pour diverses raisons, je réfléchis depuis un certain temps à passer sous Linux.

A cause de mes besoins

Plusieurs raisons pour lesquelles je voulais changer de système d’exploitation :
- Pour le développement web, j’utilise un serveur local, avec Wampserver. Sous Linux, il est plus facile d’installer un « vrai » serveur LAMP, plus rapide, plus « logique », plus facile à gérer et à mettre à jour.
- Les mises à jour de Windows semblent « s’empiler » les unes au dessus des autres, et le fait est qu’au fil du temps, la machine est devenue plus lente. Je pouvais certes ré-installer W7, mais c’était aussi l’occasion de changer.
- Sous Windows, on a souvent l’impression qu’il y a quelque chose qui tourne en tache de fond : des recherches de mises à jour, que ce soit de Windows ou de l’un des programmes, ou encore de l’antivirus. Et de ce fait, souvent, le système ou la navigation ne sont pas fluides.
- J’utilise de nombreux logiciels libres : Firefox, Thunderbird, Filezilla, Gimp, ainsi que d’autres utilitaires. Tant qu’à faire, autant passer entièrement sous logiciel libre, y compris le système d’exploitation.

À cause des problèmes de sécurité

Linux gère particulièrement bien les problèmes de sécurité :
- Sous Linux, il n’y a pas de virus, donc pas d’antivirus qui ralentit l’exécution de l’OS, qui se met à jour plus ou moins n’importe quand, et qui vous propose régulièrement des versions payantes. (ce qui se comprend, mais dont la répétition est un peu pénible)
- Surtout à cause de la protection des données. Je n’ai pas voulu passer sous W10 à cause de cela, je suis de plus en plus attentif aux questions de sécurité et de protection des données personnelles ; d’où l’importance d’utiliser un OS qui respecte la vie privée et en qui vous pouvez avoir confiance. (Voir pour cela l’article que j’ai écrit sur le livre Surveillance)

En même temps, une situation personnelle hybride

Si tout était simple, ce ne serait pas drôle, et j’ai conscience que le point de départ personnel n’est pas évident :
- Je travaille avec une vieille version du pack Office, Office 2000, qui me donne entière satisfaction pour ce que j’ai à faire. Word 2000 a de nombreuses fonctionnalités simples, que j’utilise en permanence, et qui me rendent bien service.
- Je travaille également avec une vieille version de DreamWaver MX 2004. J’utilise très peu la fonction WISIWIG, mais les multiples fonctionnalités proposées par ce logiciel : affichage du code erroné, gestionnaire de site, fonctions recherche/remplacer, dans le texte, le code source, ou l’ensemble d’un site. (d’où l’importance du gestionnaire de site)
- J’utilise un Iphone relié à Itunes, que je synchronise régulièrement, couplé avec Calibre pour la gestion de mes livres électroniques.

Une étude approfondie avant le grand saut

Pour faire face à cette situation personnelle, j’ai étudié les possibilités qui s’offraient à moi avant le grand passage. Histoire de ne pas se retrouver bloqué de l’autre coté de la rivière.

Un test sur un vieil ordinateur

Par le passé, j’avais déjà installé Linux sur des ordinateurs de bureau. Je l’utilise également pour un serveur. Je l’avais également installé sur plusieurs ordinateurs d’une résidence d’étudiants, pour éviter de passer des heures à réparer les problèmes de virus et de manipulation malencontreuses. Autant pour le serveur, tout se passe bien, autant déjà, pour les ordinateurs, tout n’était pas optimum. Ceci étant, il y a eu ces dernières années une évolution importante de Linux, avec plusieurs nouvelles distributions, et j’espérais donc que ce système avait gagné en facilité d’utilisation.

Pour éviter tout surprise, je l’ai d’abord installé sur un vieil ordinateur portable. J’ai choisi une distribution Linux Mint 17, dont le bureau était assez convivial. Dans l’ensemble tout se passe bien. Comme l’ordinateur est assez ancien, certaines fonctions ne marchent pas, mais je ne m’en inquiète pas plus que cela : je constate dans les forum qu’avec les ordinateurs plus récents, ces problèmes disparaissent.

Trouver des logiciels équivalents

J’ai cherché quelques logiciels équivalents à ceux que j’utilisais, et j’ai tout de même eu quelques surprises :
- Je teste LibreOffice, et je me rends compte que le remplacement des caractères spéciaux n’est pas bien géré. Ce qui est un problème pour moi, car lors de la mise en page de mes livres électroniques, je suis appelé à les utiliser souvent.
- Je découvre WPS Office, une version gratuite du pack Office pour Linux, et je me rends compte que cela fonctionne parfaitement. J’ai donc une solution de rechange pour la suite office.
- Pour le logiciel de création web, c’est plus compliqué. Pas tellement pour la fonction WISIWIG, mais surtout pour les fonctionnalités annexes.
- Bluegriffon n’est pas dans les dépôts. L’installation n’est pas immédiate, mais elle se fait. Ceci étant, je constate assez rapidement que le logiciel ne propose pas un gestionnaire de sites.
- Les fonctions rechercher/remplacer sont celles de Firefox (logique). On peut donc rechercher/remplacer une ligne, mais pas plusieurs. Ce qui est un problème pour moi, car je dois souvent nettoyer du code HTML, écrit sur plusieurs lignes.
- Après pas mal de recherches, et avec l’aide de Twitter, je découvre Atom, un traitement de texte orienté web, et qui propose ces différentes fonctionnalités. Je le teste, il est assez rapide et léger. Il y a quelques habitudes à prendre, mais ça devrait aller.
- Reste le problème de l’Iphone. Il semblerait que l’on peut installer Itune avec Wine, je reste donc confiant. Au pire, je suis disposé à le synchroniser avec le Cloud Apple (ce qui n’est pas génial en terme de sécurité).
- Pour d’autres utilitaires que j’utilise, mes recherches me disent que je devrais trouver l’équivalent sous Linux, et donc je ne m’inquiète pas.
Mon ordinateur sous W7 est de plus en plus lent, le moment est venu de faire le grand saut.

Le passage sous Linux

J’ai passé plusieurs jours à vérifier mes sauvegardes, sur plusieurs supports. Cela prend un certain temps. Mais c’est la garantie de ne rien perdre.
J’ai également fait le nécessaire pour transférer Thunderbird facilement, ainsi que tous mes bookmarks Firefox, et mes sites sous Filezilla. Je teste ces sauvegardes sur mon vieil ordinateur sous Linux, et je constate que tout va bien. Cela me rassure.
Je fait d’autres recherches pour savoir ce qu’il en est de l’installation de Linux sur mon ordinateur, et je trouve des avis positifs. Cela me rassure également.
J’ai le sentiment de ne pas m’aventurer à la légère, et quelques jours avant la fin de l’année 2016, je me lance.

L’installation de Linux Mint 18

J’appuie sur le bouton qui me formate ma partition et m’efface définitivement mon W7. L’installation se passe bien, et assez rapidement, je me retrouve avec un beau Linux sur mon portable. La navigation est fluide, l’Internet est rapide. Tout va bien. Je commence la récupération de mes données (Bookmarks, bibliothèque Calibre, courriers, etc). Je travaille avec un écran externe 19 pouces, bien confortable.

Et tout à coup la résolution clignote, l’écran est instable. Et je ressens un certain frisson me parcourir le dos. Définitivement, l’affichage est instable.

Je fais quelques recherches, et je vois que pour ma carte vidéo, Intel a prévu un outil pour mettre à jour les drivers Linux. Je l’installe, et cet outil ne fonctionne pas pour la distribution Linux Mint. Il ne fonctionne que sous Ubuntu.

Passage à Ubuntu

Le lendemain matin, même opération. Au bout d’une vingtaine de minutes, l’affichage redevient instable. Je décide donc de passer sous Ubuntu, pour utiliser le logiciel d’Intel.

À ce moment, je découvre qu’Ubuntu propose également les bureaux Mate et Cinnamon de Linux Mint, ce qui me fait plaisir. J’installe Ubuntu, je mets à jour les drivers Intel, et… rien. Même problème d’affichage instable.

En cherchant encore dans les forums, je découvre que quelqu’un d’autre a eu les mêmes problèmes que moi. En fait, notre Dell Vostro 3550 a deux cartes vidéos, une Intel et une Radeon HD. Et manifestement, Linux ne sait pas bien gérer ces deux cartes vidéos, d’où l’affichage instable.

Le retour à W7

C’est la mort dans l’âme que je prends la décision de revenir à W7. En même temps je sais que ma configuration fonctionnera, que je pourrai tout récupérer. Je prends le CD d’install fourni par DELL, et c’est parti.

Windows Update bloqué.

L’installation est assez rapide, trop à mon goût. Effectivement, le driver de la carte réseau n’est pas installé, et aucune mise à jour ne s’est faite.
Je prends le CD de drivers DELL, et j’installe la carte réseau. Je récupère le net. Mais pas le WIFI.
Je lance alors Windows Update, et je pars faire autre chose, me doutant que cela allait prendre du temps. Au bout de ¾ d’heures, Windows Update mouline toujours, et aucune mise à jour ne m’a été proposée.
Une nouvelle recherche sur les forums me fait découvrir un bug dans Windows Update suite à des ré-instal complètes. Merci à ceux qui partagent, je découvre 4 updates manuelles à installer, pour déclencher les updates automatiques.
Une fois ces mise à jours manuelles installées, l’update fonctionne. Enfin, jusqu’à ce que ma mémoire vive soit pleine. J’arrête, je redémarre l’ordinateur, les premières mises à jour s’installent, et l’update se finalise.
Entre-temps, j’avais récupéré sur le site de DELL les drivers récents, et en fin de journée, le wifi fonctionne, ainsi que toutes mes cartes vidéos. Mon écran externe est opérationnel. Je commence à ré-installer mes programmes.
Le fait est que j’ai retrouvé un W7 rapide.

Les bureaux Linux

On est tout de même frappé par la simplicité et par l’ergonomie du bureau de W7. Lumineux, avec des icônes simples. Les bureaux Linux sont, à mon goût, un peu agressifs. J’avais même trouvé un pack d’icônes Linux semblables à celles de W7. Peut-être là aussi faut-il s’habituer un peu à la nouvelle ergonomie ? Mais sauf erreur de ma part, Mac OS tourne sous Unix, et le bureau de Mac OS est tout de même assez « pur », simple, intuitif. Il est donc possible de faire de même pour Linux.

Conclusion. À qui la faute ?

Je n’en sais rien. Mai le fait est que Linux n’est pas opérationnel. C’est un peu dommage, car j’étais bien disposé à en faire la promotion. Lorsque Firefox est sorti, c’est par ses qualités qu’il a réussi à s’opposer à IE6, et à forcer Microsoft à adapter son navigateur.
Suis-je un cas particulier ? Je ne sais pas. Je ne suis pas grand public, je n’utilise pas l’ordi pour écrire mon courrier et regarder des films.
Est-ce définitif ? Je ne pense pas. J’y reviendrai. Peut-être lorsque je changerai d’ordinateur, dans 4 ou 5 ans…

Ces articles peuvent vous intéresser