Quel âge pour quel smartphone ?

Accueil / Enfance et internet / Quel âge pour quel smartphone ?
Quel âge pour quel smartphone ?

Article publié le 28 octobre 2016  Mot(s) clé :   Enregistrer au format PDF   Version PDF

Mon enfant doit-il avoir un smartphone ? Que faire s’il en demande un ? Il y a-t-il des risques ? Cette question importante est abordée par le site e-enfance.org. Comme j’en parle également dans mon livre, je confronte les points de vue dans cet article.

Mon enfant doit-il avoir un smartphone ?

La question se pose, ou va se poser, à vous, parents : à partir de quel âge mon enfant doit-il avoir un smartphone ?
Elle n’est pas anodine, elle n’est pas sans conséquence. Dernièrement, le site e-enfance.org l’aborde, dans un article assez intéressant : à quel âge devons-nous offrir un portable à notre enfant ?
L’article souligne bien que le portable présente des risques : l’accès à Internet, l’accès aux réseaux sociaux, et le risque de harcèlement sexuel.
Comme nous le verrons plus bas, je suis globalement d’accord avec ce point de vue. Globalement, car je pense que les problèmes sont plus importants que ceux qui sont abordés ici.

Je parle d’ailleurs de ce problème dans mon livret « Mon enfant sur Internet », dans un chapitre intitulé « La plaie des téléphones connectés »


À partir de quel âge les enfants doivent-ils avoir un téléphone portable, et dans quel but ?

• Il peut y avoir l’effet de mode : je veux un téléphone portable pour faire comme les copains ou les copines.
• Il peut y avoir la crainte de la maman, que l’on pourrait appeler encore la surprotection de l’enfant : « Mon enfant doit avoir un téléphone portable au cas où il lui arriverait quelque chose ».

Je n’aurais même pas envie de dire que l’intention est louable : car en donnant à un enfant un smartphone alors qu’il n’a pas l’âge de bien l’utiliser, on ouvre la boite de Pandore.

« De mon temps » (je n’aime pas trop jouer les vieilles barbes), j’avais sur moi une carte de téléphone. Et en cas de problème, je pouvais appeler chez moi. Il m’est arrivé deux ou trois fois de devoir l’utiliser.

De nos jours, les cabines téléphoniques ont presque disparu, et l’on peut comprendre que l’enfant adolescent ait sur lui un simple téléphone, un bon vieux truc à touches et à clapet pour téléphoner en cas d’urgence.

Mais le « smartphone », qui plus est s’il est associé à un abonnement 3G ou 4G, représente, à mon avis, un véritable problème. Car que fera un enfant avec un smartphone si ce n’est aller sur les réseaux sociaux ou jouer avec des jeux plus ou moins addictifs ? Dans la mesure où il risque de ne pas appeler ses parents tous les jours pour une urgence, le smartphone ne lui servira pas d’outils de secours, mais bien dans un autre but.

Ayant entre les mains un appareil qui lui permet de faire plein de choses, il les fera, sans pour autant qu’il y ait un réel besoin.
(...)
On commence à cerner les problèmes psychologiques et physiologiques des smartphones : addiction, consultation compulsive, consultation tardive avant de s’endormir (ce qui ne facilite pas le repos du cerveau). Globalement 48% des 18-34 ans reconnaissent que la première chose qu’ils font au réveil est de consulter Facebook, évidemment grâce à leur smartphone (c’est plus compliqué, au réveil, de se précipiter sur l’ordinateur).

C’est grâce à ces smartphones que les plus jeunes consultent tout type de vidéo dans la cour de récréation. (Lorsque je dis tout type, je vous laisse imaginer de quel type il s’agit). De nos jours, il n’est pas rare que le premier contact avec la pornographie se fasse sur un smartphone dans le cadre scolaire (que ce soit à l’arrêt de bus en allant à l’école ou dans la cour de l’école). Cette réflexion n’est pas de la théorie : c’est du vécu par le fils d’un ami.

Si votre enfant veut un appareil pour écouter de la musique, il y a d’excellents appareils type Ipod nano ou autres qui remplissent parfaitement cette fonction.

Qu’en est-il des enfants qui n’ont pas de smartphone ?

J’ai posé la question à deux amis, lycéens, qui n’avaient pas de smartphone :

« Alors, comment ça se passe, au lycée ? »
« Bien », m’ont-ils répondu. Oui, quelques blagues au début, mais sans plus.

Je comprends qu’il soit facile de donner ce genre de conseils, et j’admets que la pression puisse être forte de la part des enfants pour forcer leurs parents à leur acheter un smartphone. Je pense néanmoins que c’est l’un des domaines où les parents doivent avoir conscience des enjeux, et de pas céder à la tentation. (Et si l’un des parents change de téléphone, qu’il ne donne pas son vieil appareil au petit...)

D’autres auteurs disent la même chose

Dans une interview donnée au magazine Famille Chrétienne (n° 2025) Sophie de Tarlé, rédactrice en cher au Figaro étudiant, auteure du livre "Halte au harcèlement à l’école", déclare :


Question : Comment prévenir le harcèlement à l’école ?
Réponse : Ne donnez pas de smartphone à votre enfant, mais un téléphone basique où il ne pourra pas être sur Facebook toute la journée.

commentaire forumUn commentaire ? Laissez-nous un message

Ce forum est modéré a priori. Il se veut un lieu de discussion et d'échange constructif.

Répondre à cet article