Une bonne idée, ce SEMSUMMIT2017 !

Accueil / Articles / Une bonne idée, ce SEMSUMMIT2017 !
Une bonne idée, ce SEMSUMMIT2017 !

Article publié le 7 avril 2017  Mot(s) clé :   Référencement  Enregistrer au format PDF   Version PDF

J’ai pu participer à la première édition du SEMSUMMIT à Grenoble, le 31 mars dernier. (2017) Une excellente occasion de côtoyer quelques professionnels du référencement, et d’y faire d’agréables rencontres.

Pour tous ceux qui vivent des activités liées à Internet, que ce soit la création de sites web ou la vente de produits, la première préoccupation pourrait être la suivante : « Avoir un site web, c’est bien ; qu’un puisse le trouver, c’est mieux ». Beaucoup d’entre nous ont des connaissances en SEO (Search Engine Optimisation), ou encore en SEM (Search Engine marketing), mais nous ne faisons pas que cela. Je ne passe pas mon temps à faire du travail de positionnement pour mes clients, ni de l’analyse de backlinks, ni de l’optimisatin de mots-clés…

De plus, « ça change tout le temps », comment faire pour se tenir au courant des mises à jours de Google ? Quelles sont les bonnes pratiques en terme de référencement ?

Alors, sautons sur l’occasion lorsqu’une journée de conférences est organisée chez vous, dans votre ville ! Le SEMSUMMIT permet de rencontrer des gens qui ne font que du SEO, et qui ont les bons outils pour le faire, ainsi que l’envie de partager (un peu) leurs connaissances. Merci à eux !

Qu’est-ce que j’ai retenu ?

Plusieurs choses, tout de même. Les 8 conférenciers peuvent, plus ou moins, se regrouper un 3 catégories :
-  ceux qui font du référencement pur et dur
-  ceux qui créent du contenu
-  ceux qui travaillent dans le marketing à partir des moteurs de recherche.

Le SEO et le Netlinking

Patrice Krysztofiak (www.sitepenalise.fr) nous a donné quelques outils gratuits pour travailler le référencement. Il a insisté sur les notions de Pagerank, de poids des pages, en soulignant la nécessité de bloquer le référencement des pages inutiles, de faire attention au Duplicate Content dans son propre site, et de bien utiliser les balises Canonical.
Il a rapidement présenté la Search Console de Google, l’outil Page Speed Insight pour travailler sur l’adaptation de votre site aux écrans mobiles, ainsi que sa rapidité d’affichage.

Et je me souviendrai des bonbons qu’il nous a donnés en cadeau !

Trois autres conférenciers (Julien Jimenez – Romain Mikula pour la 2nde conf, Paul Sanches pour la 8ème et dernière) ont insisté sur les fondamentaux du Netlinking, de la recherche de liens :

-  Mettre en place un réseau de sites, sans oublier les sites des amis, des partenaires
-  Utiliser des Noms de Domaines expirés pour créer des sites web à fort potentiel qui vont pointer vers le vôtre
-  Analyser les concurrents grâce aux outils SEO (payants cette fois) tels que ahrefs, majestic.com ou SEObserver
-  Se méfier du vol de contenu
-  Au pire, acheter des liens
-  Ou mettre en place un PBN (Private Blogs network)
-  Créer et utiliser des infographies, généralement très appréciées.

Enfin Kevin Richard nous a proposé trois cas pratiques de référencement et d’étude de liens grâce à l’outil qu’il a développé, SEObserver (outil magnifique, mais malheureusement un peu cher pour des référenceurs occasionnels comme moi)

Le SEM, le marketing sur les moteurs de recherche

Deux intervenants dans ce domaine, Pierre-Marie Servel de chez Microsoft, et Adrien Tang de chez Google (ou ancien Google, je ne sais plus)
Pierre-Marie Servel, qui travaille chez Bing, nous a présenté ce que sera, selon lui, l’avenir du Search (en particulier la recherche vocale), et Adrien Tang nous a présenté cinq points pour réussir sa campagne numérique :
1. L’audience
Ne pas se contenter de ce que l’on croit être son audience, mais chercher à élargir ses prospects. Comment cibler son audience ?
2. Les différents formats publicitaires disponibles
a) Le Search
b) Le display (bannières, vidéos, etc). Moyen à privilégier
c) L’emailing
d) Les comparateurs de prix et les affiliations
3. Choisir les bonnes personnes
Agence web, consultants, conseillers en marketing, car il est impossible d’être expert en tout.
4. Le calendrier et la gestion de l’investissement
Quand faut-il lancer sa campagne ? Quand faut-il l’arrêter si elle ne donne pas de résultats ?
5. Reporting et analyse
Apporter de la valeur à toutes les étapes du processus de conversion, pour découvrir quelle étape ne fonctionne pas.

Le Contenu

« Content is King », ai-je lu il y a quelques jours, et manifestement, Lionel Clément et Sebastien Raynoird-Thal ne vont pas dire le contraire

Lionel Clément (https://www.storytelling.fr/) nous a parlé de Storytelling et nous a donné quelques précieux conseils :
-  ne pas parler de soi, en particulier dans les réseaux sociaux, mais parler de ce qui intéresse nos interlocuteurs.
-  Travailler la cible : quelles sont les personnes à qu je m’adresse ? Qu’els sont leurs centres d’intérêt ?
-  Les gens vont vous suivre si vous répondez à leurs interrogations, et non aux vôtres
-  Sur la page Facebook de votre marque, ne vous contentez pas de publier vos produits, mais des histoires.

Avec un exemple précis, il a montré comment une vraie recherche de Storytelling a permis à un vendeur de cycles d’occasion de décoller dans ses ventes : parce qu’ils avaient défini trois cibles (les collectionneurs, les bobos écolos de Grenoble et les étudiants). La charte éditoriale du site a été construite autour de ces trois axes, en parlant des perles du vélo vintage (pour les collectionneurs) le vélo et le développement durable (pour les bobos écolos) et des tutos pour bricoler des vélos d’occasion (pour les étudiants fauchés)

Faire un web humain : Human Being Optimization !

Quelle joie lorsqu’il a insisté sur l’importance de la culture générale pour le communicant !

Quant à Sebastien Raynoird-Thal, (https://www.scribeur.com/) nous parlé, lui aussi à partir d’exemples, des éléments pour créer un bon texte pour le web :

-  Qualité
-  Mise en forme SEO
-  Richesse sémantique
-  Importance de la dilution des mots-clés,
-  Soumis à d’autres facteurs (pub, media, design)
-  Maillage interne bien fait
-  Intérêt du texte

Il a parlé de la rédaction de la fiche produit, en rappelant que l’on pouvait utiliser des sous-titres (Hn) et des petits paragraphes, et qu’il fallait apporter de l’information pour convertir le visiteur en client.

Avec, comme ligne de conduite, le texte AIDA :

A : Attention
I : Intérêt
D : Désir
A : Action

Bref, un grand principe pour un texte pour le web : clair et naturel.

Le plus

Le cadre (Le World Trade Center) de Grenoble, les gens rencontrés (y compris le président de Web In Alps, avec qui j’ai pu parler de WIA11), le traiteur, tout cela fait la cerise sur le gâteau. Une bonne initiative, à laquelle je participerai encore.

Avec un LiveTweet de l’ensemble, qui a eu un grand succès, plus que #VendrediLecture !

Voir ici la page du SemSummit

Ces articles peuvent vous intéresser